ArgentDécouverte

La cofondatrice de Bumble devient la plus jeune milliardaire autodidacte au monde

Whitney Wolfe Herd a terminé la journée de jeudi avec une valeur nette de 1,5 milliard de dollars basée sur la clôture des actions de Bumble à 70,31 dollars.]
Les actions de l’application de rencontres Bumble ont grimpé en flèche lors de son introduction en bourse jeudi, transformant son PDG et fondateur de 31 ans Whitney Wolfe Herd en la plus jeune milliardaire autodidacte au monde. Sa participation de près de 12% dans la société valait 1,6 milliard de dollars jeudi à 12 h 40 HNE. 

À lire aussi : Qui est l’entrepreneur Eduardo Saverin

L’action Bumble a ouvert à 76 $, bien plus élevé que son prix d’introduction initial de 43 $ par action. La société a fait ses débuts quelques heures après l’ouverture des marchés jeudi.

Selon le prospectus de Bumble, Wolfe Herd détient 21,54 millions d’actions, soit 11,6% de la société. En plus d’être la plus jeune milliardaire autodidacte au monde, elle est également la plus jeune PDG à avoir introduit une société en bourse aux États-Unis.

Bumble est la deuxième grande application de rencontres à devenir publique, après l’introduction en bourse de Match.com par Match.com en 2015. Match Group a tenté d’acheter la société de Wolfe Herd en 2017 pour 450 millions de dollars. À 76 $ l’action en début d’après-midi jeudi, la capitalisation boursière de Bumble est de 8,6 milliards de dollars. Match Group, qui possède également l’application de rencontres Tinder, a une capitalisation boursière de 45 milliards de dollars.

Bumble a déclaré un chiffre d’affaires de 417 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2020, contre 363 millions de dollars sur la même période en 2019. Match Group est beaucoup plus important: il a déclaré 1,7 milliard de dollars de revenus au cours des neuf premiers mois de 2020 et 1,5 milliard de dollars dans le l’année précédente. À la suite de l’offre publique, la société basée à Austin a levé 2,2 milliards de dollars. La plupart des fonds levés dans le cadre de l’offre seront utilisés pour acheter ou racheter des actions de ses propriétaires avant l’introduction en bourse, à savoir la société de capital-investissement Blackstone, qui détenait près de 91% avant l’offre, et Wolfe Herd. Le prospectus détaille également un prêt de 120 millions de dollars que la société a accordé à Wolfe Herd en janvier 2020, qui a été réglé un an plus tard après que Wolfe Herd a perdu 95,5 millions de dollars d’actions de Bumble. 

Wolfe Herd a fondé Bumble en 2014, peu de temps après avoir poursuivi Tinder, son ancien employeur, pour harcèlement sexuel. Elle a allégué que son ancien patron et petit ami, Justin Mateen, lui avait envoyé des menaces, des textes désobligeants et l’avait dépouillée de son titre de cofondatrice chez Tinder. Tinder a nié tout acte répréhensible et l’affaire a été réglée rapidement et confidentiellement. 

Après avoir quitté Tinder, Wolfe Herd a travaillé avec Andrey Andreev, un milliardaire russe basé à Londres qui avait créé avec succès des applications de rencontres en ligne pour les marchés européen et latino-américain, pour lancer Bumble. Sur Bumble, seules les femmes peuvent faire la sensibilisation en premier, un facteur de différenciation de Tinder et d’autres applications de rencontres en ligne. 

À lire aussi : Le dernier classement Forbes recense 10 milliardaires âgés de 30 ans ou moins.

Andreev a quitté l’entreprise en novembre 2019, quatre mois après la publication par Forbes d’ une enquête qui a révélé des allégations d’une atmosphère misogyne dans le bureau de Londres, sous la direction d’Andreev – ce qui est en contradiction avec le mantra de Bumble sur l’autonomisation des femmes. La société a nié la majorité des allégations et a lancé une enquête interne dirigée par le cabinet d’avocats du travail britannique Doyle Clayton, qui a conclu que «l’allégation centrale de l’ article de Forbes – qu’il existe actuellement une atmosphère misogyne au bureau de Londres est incorrecte. Néanmoins, l’enquête a identifié un petit nombre d’employés actuels et anciens qui estiment qu’il y a des «éléments de sexisme» dans l’entreprise.

La société de capital-investissement Blackstone Group est intervenue pour racheter la participation d’Andreev en novembre 2020, dans le cadre d’un accord qui valorisait la société à 3 milliards de dollars. 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité